"Au réveil, si douce la lumière, et si beau ce bleu vivant"
(Paul Valéry)

mardi 12 février 2008

Evolution?..

Lorsque j'étais enfant, les mouettes, les goëlands et autres oiseaux de mer ne fréquentaient que les rivages.
On les voyait voler majestueusement au-dessus de la mer, se poser sur la plage, se chamailler sur les galets.
Ils arrivaient à l'automne pour passer l'hiver chez nous.
Puis, au printemps, vers le mois d'avril, on les voyait se mettre en ligne sur le toit des immeubles qui longeaient le bord de mer.Ensuite, sur un signal connu d'eux seuls, ils s'envolaient d'un coup, tous ensemble, et disparaissaient jusqu'à l'année suivante.

Ils ne faisaient pas d'incursion en ville.Ils ne dépassaient pas les premiers toits et ne perdaient jamais la mer de vue.


Aujourd'hui, on en trouve partout.
La présence des hommes ne semble aucunement les pertuber, ni celle des voitures.
Et ils restent toute l'année.

Et ils ont changé de régime, délaissant les poissons et les crustacés pour des repas plus faciles à attraper, au creux des poubelles....
Un ami m'a même dit qu'on constatait chez certains d'entre eux une excroissance aux pattes, laissant apparaître une griffe là où autrefois il n'y avait qu'une palme;c'est sans aucun doute plus pratique pour retourner les ordures...


Si l'on est positif, on se dit que c'est merveilleux de voir une espèce s'adapter ainsi à son nouvel environnement.
Si on ne l'est pas, on ne peut que pleurer sur la déchéance d'un animal naguère si majestueux qui en est aujourd'hui à fouiller les poubelles...


1 commentaire:

RuneE a dit…

Gulls are everywhere, aren't they?. Especially if there is food to be had. I liked the one on the "Globe".